[L’Avis du Bibi] Mario Kart 8 Deluxe

Il est là, et prêt à faire flamber l’asphalte !

Nous nous souvenons tous de cette journée d’octobre, où Nintendo a pris le monde par surprise en annonçant dévoiler sa console le jour-même, en fin d’après-midi pour nous petits frenchies. Après des mois de disette où le plombier n’a daigné distiller une bribe d’information autour de son futur, nous allions enfin découvrir ce qui se cachait derrière  les deux lettres les plus mystiques de ces dernières années, la « NX ».

LA DECOUVERTE

Sans revenir sur la découverte de la console en elle-même, Nintendo ne pouvait décemment pas présenter son nouveau bébé sans quelques jeux pour l’accompagner. Après tout, qu’est-ce qu’un bon concept sans jeux pour l’exploiter ? (dénoncez-vous ceux qui ont crié Wii U, je vous ai entendu !) . Et une des petites surprises, aux côtés de Skyrim il faut l’avouer, a été la petite apparition d’un Mario Kart où deux hommes, jeunes trentenaires frais et enjoués, se tiraient la carapace dans une voiture (contexte oblige) pour prouver qui est le meilleur conducteur du royaume champignon.

994ea2927d85be74d63f654fe5652f6f.jpg

« J’ai le Mcdo qui remonte » trentenaire enjoué, octobre 2016

Outre le fait que la véritable question à se poser serait plutôt « qui sera le dernier à retapisser le sol de la voiture de ses sucs gastriques », nous étions, joueurs, quelque peu dans le flou. Qu’est-ce que Nintendo venait réellement de nous montrer ? Etait-ce une simple démo pour montrer dans quelles conditions formidables et réalistes nous pourrions jouer au prochain épisode de la série ? Etait-ce un nouvel épisode annoncé en temps voulu, mais présenté pour apporter du poids à l’annonce de la NX, désormais rebaptisée Switch ? Nos seules pistes ont été d’analyser cette courte portion du trailer et d’en disséquer le contenu. Circuit Yoshi tiré de Mario Kart Double Dash sur Gamecube ? Ce serait sa troisième apparition en tant que circuit rétro, ce serait gros mais plausible. La présence du double item ? Une nouveauté (pas si nouvelle) par rapport au huitième épisode. Mais ce qui a semé le doute était surtout la présence du Roi Boo, personnage dont nous n’avions pas revu la frimousse blanchâtre depuis un moment dans la série. De là, des spéculations sont arrivées : Nouvel épisode ! Remake de Mario Kart Double Dash ! Vote blanc !

Capture d’écran 2017-04-25 à 18.07.30.png

Deux boos en train de se tirer la bourre sur Switch

Il aura fallu attendre le 13 janvier et la conférence en grande pompe de Nintendo pour enfin avoir notre réponse, nous n’étions pas en face d’un nouvel épisode, ni d’un remake, mais d’un portage amélioré du dernier épisode en date, sorti sur Wii U en mai 2014. Mi-figue mi-raisin furent les avis face cette annonce, avec de la justesse dans les deux camps. En effet, comment ne pas comprendre les joueurs possédant une Wii U et ayant acheté Mario Kart 8 dès sa sortie, déçus de voir que la Switch n’aura peut-être pas de réel successeur si ce n’est ce menu maxi best of plus d’un épisode sur lequel ils ont déjà passé un temps non-négligeable ? Mais, d’un autre côté, on peut donner une voix à Nintendo qui, face à l’échec de la Wii U dans le monde, voit cet épisode comme un jeu qui n’a pas réalisé son plein potentiel (quand même plus de 7 millions de ventes à travers le monde, que l’on peut mettre en perspective par rapport au rouleau compresseur Mario Kart Wii et ses presque 37 millions d’exemplaires nichés à travers la planète). De ce point de vue, beaucoup de joueurs Switch n’auront sûrement jamais eu de Wii U et découvriront donc cet épisode pour la première fois, en version revue et augmentée, d’une générosité sans égale dans la série.

Mario Kart 8, le Bouddha dodu de la série

Concrètement, il n’y a aucune mauvaise réponse. Chacun aura ses raisons de penser l’un ou l’autre. Ce qui est sûr en revanche, c’est qu’un jeu comme Mario Kart a une longévité sans faille comparé à d’autres licences qui vont s’essouffler rapidement et appeler à un épisode pour les remplacer. Encore aujourd’hui, quand nous nous invitons avec mes amis Krayo, Teox et Ryoga, Mario Kart 8 est toujours l’un de nos choix de qualité pour passer une bonne soirée. Outre le fait que cette bande de joyeux lurons met à chaque fois l’explication de mon pseudonyme en jeu s’ils arrivent à terminer un grand prix en étant devant moi au classement (ce qui n’est jamais arrivé, et n’arrivera jamais), ce huitième épisode proposait de base un contenu de grande qualité. Je ne vais pas repasser sur ses 32 circuits ingénieux, son concept d’anti-gravité qui apporte une nouvelle dimension à la jouabilité et à la folie des tracés, sa bande originale composée par des personnes talentueuses et exécutée par des musiciens de qualité qui apporte un réel punch à chaque course et enfin, son mode online infini et j’en passe.

En plus de tout ce petit bonheur, Nintendo a eu le nez de proposer aux joueurs, un an après, de relancer l’intérêt du jeu via deux DLC au rapport qualité/prix imbattable. Même mon tonton qui vend ses légumes au marché en nous faisant de grosses réductions ne pouvait pas concurrencer le plombier moustachu. 16 nouveaux circuits inspirés, aux compositions superbes, accompagnés de nouveaux personnages tirés d’autres univers Nintendo (en la présence de Link, Marie et le villageois d’Animal Crossing) et de nouveaux karts et éléments, tout ça pour 12 euros le lot. J’ai accueilli ce contenu additionnel les bras ouverts car je passais de si bons moments sur le jeu que me proposer de le renouveler ne pouvait qu’être une bonne idée !

link-dlc.jpg

Link, prêt à faire tomber des têtes sur ses terres

Trois années se sont écoulées depuis la sortie de cet épisode, et la Wii U est maintenant en train de rejoindre ses grandes soeurs en maison de retraite. La sortie de la Switch et de ses jeux allaient nous accaparer notre temps et reléguer cette pauvre console aux placards, à prendre la poussière. C’est normal, quand arrive un nouveau bébé dans le monde du jeu vidéo, il récupère toute l’attention ! De là s’est posée cette question dans notre petit groupe : Mario Kart 8 Deluxe, achat le jour-J ou boycott ? Lors de nos prochaines soirées JV, allions-nous ressortir la Wii U de son sommeil pour s’adonner à un petit Mario Kart, où préférerions-nous être dans l’ère du temps et n’avoir qu’à dégainer nos joycons/controller pro pour s’éclater ?

Force est de constater que les avis ont différé, en deux camps plus précisément, celui des vendus d’avance : Ryoga et Teox, et celui des frisquets : Krayo et Moi. Toute la question reposait sur l’existence probable, à plus ou moins long terme, d’un Mario Kart 9 qui viendrait totalement éclipser notre expérience. Nous en avons d’ailleurs largement débattu lors de notre premier podcast ! Après y avoir réfléchi à tête reposée, j’ai rejoint le camp des vendus, à ce jour, seul Krayo résiste comme il peut, du haut de sa tour de solitude. S’il fera le grand saut pour nous rejoindre avec son deltaplane, seul l’avenir nous le dira ! (BREAKING NEWZ : il vient de l’acheter)

Mario Kart 8 Deluxe, y’a quoi dedans ?

Grands privilégiés devant l’éternel, Nintendo nous a proposé à Ryoga et moi-même (du fait de notre activité de blogueurs/vidéastes) d’avoir une copie du jeu en avance pour pouvoir le tester et donner notre avis à ceux qui nous suivent (et on les en remercie comme il se doit !). Ni une ni deux, je me précipite dans Paris pour obtenir la précieuse cartouche (que j’ai léchée, oui, ce sera ma nouvelle tradition). En plus du jeu, nous avons eu la chance de recevoir deux volants pour y insérer les joycons de la console et ainsi goûter aux joies des sensations véritables et pouvoir crier haut et fort notre cri de ralliement « JE JOUE AU GYROSCOPE ». Synea, heureuse de voir arriver le jeu plus tôt que prévu, s’est empressée de me proposer une session le soir-même avec les volants et ainsi tester le jeu sous ses différents aspects.

mario-kart-8-deluxe-joycon-wheel.jpg

Qui qu’a la plus grosse ?

Premier constat, face aux volants de l’épisode Wii, ceux-ci paraissent minuscules ! C’est bien sûr normal, étant donné la petitesse des joycons face à la Wiimote, bien plus allongée que ses deux petits frères. Mais la bête se prend relativement bien en main, les touches sont toutes accessibles et les gâchettes à l’arrière sont bien plus volumineuses et agréables sous le doigt que les deux micro-tétons des joycons. En revanche, en jeu la sensation de ces gâchettes n’est pas vraiment optimale, la profondeur est relativement grande ce qui implique de devoir bien enfoncer celle-ci jusqu’au bout. Elle a également pas mal de jeu, et il sera parfois difficile de savoir si la pression exercée permet de la maintenir active. En effet, à plusieurs reprises, j’ai vu mon objet détaler sous mes yeux car ma pression était trop faible, m’obligeant à appuyer de façon assez intense pour être sûr de ne pas faire de bavures. On s’en arrange pour un grand prix, mais pour un grand chelem les crampes risquent de vite arriver. Le gyroscope, lui, répond au doigt et à l’oeil et même sans beaucoup d’entraînement, il est facile de manier son kart et de se hisser vers le haut du podium, plus facilement que sur Wii selon mon expérience. On notera aussi la présence des vibrations HD, ce qui en fait mon premier jeu utilisant cette technologie. Bien que discrètes, elles apportent un réel plus aux sensations. Ni trop présentes, ni trop effacées, c’est un plaisir de ressentir les différents effets selon que l’on prenne une pièce, un cadeau, la carapace d’un adversaire et même les différents degrés de boost. Cela annonce un avenir prometteur pour cette technologie !

Mais tout cela, vous le saviez déjà plus ou moins, rien de nouveau sous le soleil du royaume champignon. Ce que vous voulez savoir, ce sont les rajouts inédits de cet épisode ! Commençons par ordre chronologique dès l’allumage du jeu. Les menus ont été légèrement revus au niveau des artworks utilisés, rien de bien percutant. C’est en lançant un grand prix quelconque que les nouveautés surgissent avec l’apparition de nouveaux personnages, j’ai nommé :

-Inkling girl (parce que « Fille Inkling » c’est bien laid)
-Inkling boy (parce que « Garçon Inkling », c’est pas mieux)
-Roi Boo (que je suis heureux de retrouver)
-Bowser Jr. (le contrôle parental lui a permis de trouver sa place)
-Skerelex (qui m’importe autant que les grains de litières de mes chats coincés entre les lattes du parquet).

maxresdefault.jpg

Et, et, et, un personnage que tout le monde attendait, nous n’espérions plus le voir arriver. Brillant, luisant, et aussi culte que Peach d’Or Rose :

-Mario D’or (je vous refait l’histoire des litières ou vous avez compris l’idée ?)

A noter que parmi toutes ces nouvelles têtes, Mario d’or est le seul à devoir être débloqué d’une certaine façon, que je tairais ici pour vous laisser la surprise (indice : il ne faut pas avoir peur de la vitesse). Un petit mot sur les tenues liées aux amiibo pour votre Mii, elles sont toujours présentes avec même l’ajout des tenues Splatoon avec les figurines dédiées. De quoi vous différencier sur le mode en ligne !

nintendoswitch_mariokart8deluxe_presentation2017_scrn08_bmp_jpgcopy.jpg

« Je suis revenu d’entre les moooorts ! » Roi Boo

Grand nostalgique devant l’éternel, j’ai fait la plupart de mes grands prix accompagné du Roi Boo. Je ne peux m’empêcher de craquer devant ses mimiques et ses petits cris perçants. Synea, elle, a choisi l’Inkling girl qui est mon deuxième personnage préféré du lot. Premières impressions après avoir terminé le grand prix de base, il ne faut pas avoir des yeux à la rue, ou alors porter des lunettes. L’écran de la Switch, pourtant proche de nous, n’offrait pas un confort absolu de lisibilité en mode deux joueurs. J’étais donc obligé de faire mon Quasimodo et de tendre la tête vers l’écran pour être sûr de ce que je faisais. Pour des soirées camping dans la Creuse, ça fera parfaitement le job, mais encore une fois ce ne sera pas la configuration préférée des longues sessions. Pour en terminer avec la jouabilité, nous avons fait des parties avec les joycons sans volants. La petitesse des engins demande une petite adaptation (les minuscules gâchettes également), mais concrètement ça fonctionne relativement bien ! J’ai réussi à atteindre des performances relativement proches de mes sessions sur Gamepad et ce sans trop de débâcles. Je dois avouer malgré tout qu’après quelques grand prix, je sentais ma main droite relativement crispée et en route vers une crampe si je continuais trop longtemps. Donc les joycons, c’est oui, mais pas pour une session de trois heures !

Mais du contenu, ce n’est pas la seule chose que cette édition Deluxe a à nous offrir. Nintendo, grands défenseurs des opprimés, a toujours une pensée à ceux qui entrent tout juste dans le monde du jeu vidéo, ou ceux qui jouent trop peu régulièrement pour réussir à maîtriser la manette. Deux aides viennent donc s’ajouter en la présence de la conduite assistée et de l’accélération auto. Autant cette deuxième option n’a vraisemblablement pas besoin d’explications, le jeu vous propulsera à la vitesse maximale tout le long du circuit. Vous aurez néanmoins toujours le loisir de freiner si vous en ressentez le besoin. Autant la conduite assistée, elle, en demande quelques unes. Cette option vous permettra, une fois activée, de ne plus tomber hors du circuit. En effet, une petite antenne sera rajoutée sur votre kart et émettra ses ondes « anti-chutes » pour vous sauver d’une mauvaise passe. Mais plus que de ne pas vous faire tomber dans les ravins, elle empêche également le hors piste ! Fini de tondre le gazon en gérant mal ses virages, la conduite assistée vous permettra de toujours être sur la route et dans le bon sens. Curieux dans l’âme, j’ai mis mon Roi Boo sur la piste avec l’accélération automatique et la conduite assistée, je m’étais mis comme règle de ne gérer que les objets. Outre le fait que la course avait l’air fastidieuse pour mon pauvre fantôme, qui trouvait malgré tout toujours la ligne d’arrivée, je n’ai pas pu mieux me classer que douzième, le tout bas du classement. Bien sûr, ce n’est pas de cette façon que l’on est censé profiter de ces ajouts, mais j’ai une pensée chaleureuse à ma nièce en bas âge qui, triste de ne pouvoir jouer avec nous car trop petite pour maîtriser de tels jeux, va enfin pouvoir s’emparer d’un joycon et s’amuser avec nous en terminant ses courses, avec le loisir d’envoyer les petits objets. Très bon point donc pour Nintendo, qui permet bien évidemment de retirer ces options ou de les activer à tout moment, même en pleine course, par simple pression de la touche + ou -.

C’EST L’HEURE DE LA BASTON !

Mais, là où Nintendo a surtout axé sa communication, c’est sur la refonte INTEGRALE du mode bataille. Piqûre de rappel : nous sommes fin mai 2014, Mario Kart 8 vient de sortir, et les joueurs découvrent avec stupeur un mode bataille repensé. Plus d’arènes, dorénavant nous nous affrontons directement sur les circuits du jeu. Derrière cette fausse idée, qui montre clairement un manque de temps dans le développement du jeu original, se cache un mode insipide car prenant part dans des environnements bien trop grands, éparpillés et surtout pas du tout réfléchis pour un tel mode. Alors on passe son temps à chercher ses adversaires et pour les deux derniers en lice, on se cherche en espérant ne pas aller dans le même sens et ainsi tourner pour l’éternité. Bref, ce mode est tombé dans l’oubli le lendemain de la sortie du jeu, et ce n’est pas la possibilité d’y jouer en ligne qui a sauvé quoique ce soit.

nintendoswitchmariokart8deluxepresentation2017scrn06bmpjpgcopy-1484432269.jpg

Bower Jr. débarque pour gérer son équipe de fidèles

Assumant ce choix douteux, Nintendo a décidé pour cette version de revoir entièrement son système. Fini les circuits, bon retour aux arènes ! Elles sont au nombre de huit et voici leurs petits noms :

Stade bousculade et son anneau anti-gravité au centre
Île aux délices qui reprend l’environnement sucré d’un des circuits du jeu
Palais du dragon, destin semblable à son voisin du dessus
Colonie lunaire, qui, comme son nom l’indique, va nous envoyer en orbite, avec une légère apesanteur !

Et enfin, quatre arènes tirées d’autres licences Nintendo :

Wuhuville car nous n’en avons jamais assez de l’île Wuhu. En fait si, mais c’est un secret.
Manoir de Luigi, qui nous revient de l’épisode Double Dash pour notre plus grand plaisir.
Arène Bataille 1 qui, sous son nom de dossier Windows, cache en fait une version refaite de l’arène de l’épisode Super Nintendo, un joli coup pour les nostalgiques comme mon ami Ryoga et moi.
Passage Turbot, car non content d’avoir intégré le casting des personnages, les Inklings ont en prime réussi à insérer l’une de leurs arènes de Splatoon.

Tout ce joli monde est bien pensé, ni trop petit pour ne pas se sentir à l’étroit, ni trop vaste pour ne pas se chercher pendant trois quarts d’heure, et les environnements ayant chacun leur identité propre apportent beaucoup de fraîcheur au mode. Non content d’avoir déjà ramené le mode bataille à ses racines, Nintendo nous propose cinq modes afin de trouver chaussure à son pied :

Super-Mario-Kart-8-Deluxe-screen2.jpg

Bataille de ballons, ce mode éprouvé qui a fait le succès de Super Mario Kart en 1991 est de retour dans une version légèrement modifiée. Nous démarrons avec cinq ballons, le but étant d’éclater ceux de ses adversaires et de garder les siens précieusement. Mais contrairement à Super Mario Kart où la perte des ballons signifiait fin de partie, et à Mario Kart 64 où une personne sans ballons se transformait en bombe à roulette qui avait le loisir de se faire exploser sur un de ses adversaires (si possible celui qui nous a précédemment crevé nos ballons), ici nous réapparaîtrons sans cesse avec trois ballons. La seule subtilité vient de notre score, une personne touchée égal un point ballon. Imaginons que j’ai touché cinq personnes, j’ai donc cinq points ballons. Si je perd tous les miens, je vais réapparaître avec trois ballons, qui seront déduits de mon score. A choisir, j’aurais préféré une finalité à la Mario Kart 64 qui instaurait une pression supplémentaire et quelques éclats de rire bien vus, quitte à laisser un joueur en attente de la manche suivante.

mario-kart-8-deluxe-battle-mode-screenshot-810x400.jpg

Bob-ombs à gogo, relativement similaire au précédent, il est toujours question de cinq ballons pour tout le monde qu’il faudra cette fois-ci percer avec des bob-ombs. Sous ses airs de mode peu inspiré se cache en fait des parties endiablées, l’effet des bombes donnant un réel rythme à la partie qu’un jet de banane ne peut égaler. Sachez que vous pourrez accumuler le nombre de bombes que vous portez sur vous, pour faire un véritable carnage au moment voulu. Ces bombes pourront être lancées plus ou moins loin selon le temps de pression sur la touche. De plus, au fur et à mesure de la partie, les cadeaux simples vont se transformer en doubles cadeaux, laissant envisager un final apocalyptique de bombes larguées dans tous les sens pour grappiller quelques points et s’assurer la victoire. Bref, un mode qui va assurer quelques beaux moments entre amis !

Mario-Kart-8-Deluxe-Characters-1.jpg

Bataille de pièces, qui comme son nom l’indique, vous mettra dans la peau de l’oncle Picsou, à la recherche du maximum de pièces sur le terrain. Vous verrez une pile de pièces se former au-dessus de chacun de vos adversaires, vous donnant une idée de leur fortune. Vous pourrez bien sûr vous en emparer en utilisant des objets pour les faire valdinguer et vous les approprier.

CI_NSwitch_MarioKart8Deluxe_ShineThief.jpg

Capture de soleil, venu tout droit de Mario Kart Double Dash (comme le mode Bob-ombs), celui-ci vous demandera de trouver le soleil dans chaque arène et de le garder près de vous pendant 20 secondes. Si un ennemi vous frappe d’un objet, le soleil tombera et sera ramassé au premier arrivé. N’ayez crainte ! Votre décompte reprendra là où il s’était arrêté. Vous aurez une visu sur les temps de vos adversaires dès qu’ils s’empareront du précieux, histoire de vous mettre la pression s’ils arrivent aux dernières secondes.

jp mario-kart-8-deluxe-switch-battle-mode-lan (21).jpg

Traque sur la piste, premier mode réellement inédit depuis bien longtemps ! Son concept est simple mais vraiment intéressant. Deux équipes seront formées, les chasseurs et les proies. Ces premiers seront affublés d’une plante piranha, décorée d’une superbe sirène de police, et devront débusquer les joueurs adverses pour les gober et ainsi les enfermer dans une ou plusieurs cages disséminées dans l’arène. Loin de la fatalité, les proies pourront libérer leurs camarades en actionnant l’interrupteur présent sous chaque cage. Reprenant donc le concept de jeux auxquels nous avons tous joué durant notre enfance, policiers contre voleurs, chats contre souris, ce nouveau mode présente un réel intérêt et surtout une tension de tous les instants pour les proies, qui peuvent être gobées au détour d’un virage sans le voir venir. Un vrai jeu d’équipe en somme !

Il en va sans dire que le mode bataille retrouve, avec cette édition Deluxe, ses lettres de noblesse et le fun disparu depuis bien des épisodes. Grâce à ses huit arènes bien pensées et ses modes de jeux plus funs les uns que les autres, Mario Kart 8 Deluxe apporte une réelle valeur ajoutée à son édition de base. La grande question étant, est-ce que cela est suffisant pour repasser à la caisse ?

CONCLUSION, A QUI S’ADRESSE-T-IL ?

Il est temps de faire un petit bilan de ce Mario Kart 8 Deluxe. A l’heure où je rédige ces lignes, nous sommes vendredi 28 avril et le jeu vient tout juste de sortir. J’ai flâné dans Paris et ai pu apercevoir des dizaines de publicités pour le titre dans le métro et également des stocks conséquents à la Fnac de Montparnasse. On a l’impression que Nintendo a complètement nié l’existence de Mario Kart 8 sur Wii U et prépare donc ici le lancement d’un jeu majeur et inédit. En Amérique, beaucoup de partenariats avec de très grandes chaînes de magasins ont lieu pour faire connaître le jeu. Il est donc logique de penser que, pour Nintendo, cette version Deluxe est en fait la renaissance d’un jeu qui n’a pas pu exprimer son plein potentiel. Faisant fi de sa version originale, Nintendo organise donc en grande pompe le lancement de cette version en s’adressant à ceux qui n’ont pas connu le jeu d’origine, ses DLC, et même ceux qui l’ont eu et qui possèdent désormais une Switch avec l’argument de la portabilité.

Personnellement, et je mets de côté le fait que Nintendo m’a offert une version du jeu pour le tester, ce qui aurait pu altérer mon jugement, je m’étais résolu à l’acheter quoiqu’il arrive. J’avais été relativement bluffé lors de ma session au Grand Palais le 13 janvier quand, autour d’une table ronde, nous avions été huit à s’affronter Switch en main. Avoir un jeu aussi ambitieux sur une petite cartouche et un « petit écran » avec cet aspect portabilité, ça relève presque de la magie à mes yeux. De plus, je sais qu’il me reste encore beaucoup de soirées à venir durant lesquelles nous ressortirons tous avec plaisir cet épisode ultime de la série.

Alors, au final, à qui s’adresse ce jeu ? Tout d’abord, à tous ceux qui n’ont pas eu de Wii U, ou qui l’ont eu sans pour autant posséder Mario Kart 8. Ils découvriront un épisode pour eux original, avec un contenu proche de l’indécence (48 circuits, 41 personnages, un mode Battle de qualité, multijoueur local et en ligne) et une finition irréprochable. Mais il semble aussi pouvoir s’adresser à ceux qui ont envie de prolonger l’expérience, qui n’avaient pas fini de s’amuser sur l’épisode Wii U et qui ont depuis fait la transition vers la Switch. Alors certes, cela demande un budget aisé, tout le monde ne peut pas sortir à nouveau 60 euros (prix conseillé, vous pourrez toujours le trouver un peu moins cher en grande surface) tout en gardant un sourire jusqu’aux oreilles. Vous pourrez toujours revendre votre version Wii U entre 20 et 25 euros et ainsi adoucir la note. A prendre en compte également que pour le moment, le online de Nintendo est gratuit sur Switch mais seulement jusqu’en automne, où le service deviendra payant. C’est forcément un détail à prendre en compte avant de passer à cette version qui sera désormais payante sur le long terme.

Loin de moi l’idée de vous forcer à l’acheter ! Je vous énonce ici juste les critères qui justifient, ou non, l’achat de cette version. Au final, je vous laisse seuls juges sur son acquisition et même son existence. Quant à moi, je retourne prendre le volant pour quelques années, mettre un peu d’huile dans le moteur en espérant, pourquoi pas, l’annonce de futurs contenus additionnels qui prolongeraient encore le fun absolu de cet épisode culte.

NintendoSwitch_MarioKart8Deluxe_artwork_char_01_png_jpgcopy.jpg


Et vous, qu’en pensez-vous ?

Publicités

7 réflexions sur “[L’Avis du Bibi] Mario Kart 8 Deluxe

  1. Nindo64 dit :

    Excellent test #TeamGyroscope. Et je suis d’accord sur le fait que ne pas réinvestir dans cet opus quand on l’a déjà eu sur Wii U est compréhensible. Mais pour ceux qui ne l’ont jamais fait, ca serait criminel de passer à côté de l’opus le plus complet de la série juste devant MKDS pour moi. Et je suis heureux que Nintendo ait pris le temps d’écouter les joueurs en revoyant complètement leur mode bataille. 👍

    J'aime

  2. Miichel dit :

    Un test vraiment sympa. J’avais ta voix dans la tete quand je lisais x).
    L’humour fait très plaisir, c’est rare d’en voir dans des articles en général, j’aime beaucoup. Et ton avis m’a encore plus donné envie de l’acheter, j’attends d’avoir assez d’argent pour l’acheter ! Hate de voir la suite en tout cas.
    Longue vie à ton blog et aux podcasts !

    J'aime

  3. Nyokki dit :

    Très bon article, qui m’a bien fait rigoler (« deux personnes se tirant la carapace ») et qui me donne encore plus envie d’acheter le jeu… pourquoi ais-je acheté Has-Been Heroes, bon sang ?! (je reste tout de même satisfait du jeu)

    J'aime

  4. Omega (@xOmegaNT) dit :

    J’ai pu entrevoir les nouvelles options du mode batailles et j’avoue que je suis agréablement surpris également, moi qui attendais pas grand chose de ce « mise à jour ». J’avoue que le jeu me tente bien x)
    Mais après que MK8D aura autant d’engouement que sa version alpha. Quand je regarde la plupart des fans de Big N qui rechignent au futur service payant, je ne peux m’empêcher douter. Surtout que beaucoup vont certainement à attendre les fêtes de Noël pour avoir la Switch…

    J’ai passé énormément de temps sur MK8, mais comme Krayo et toi, j’ai peur qu’un nouvel opus pointe le bout de son nez, surtout que la Switch a à peine un mois :/. L’avenir nous le dira mais je reste sceptique pour MK8D. Le jeu n’est pas absolument pas une priorité pour moi.

    Après c’est vrai que je n’ai cité que quelques points négatifs alors que nombreux sont les points positifs (comme une jouabilité portable avec une résolution non négligeable, par exemple). Le renouveau du mode bataille aussi (que Nintendo nous a envoyé dans la tronche dès qu’ils ont pu xD) mais voilà, je reste un peu sur ma position et j’attendais d’être sûr qu’il y ait ce quelque chose qui ne me fera pas quitter le jeu une semaine plus tard.

    (PS : En vrai, comme j’ai reçu ma Wii U avec MK8 en démat’, je suis un peu deg de ne pas pouvoir le vendre sans ma console xD)

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s